BLOG

Recherche Dahu désespérément

Les statistiques le montrent : ce n’est pas la corrélation entre l’offre et le profil du candidat qui fait la réussite d’un recrutement. D’ailleurs, combien d’entre nous sont allés scruter sur LinkedIn, après un refus de notre dossier, la tête du candidat recruté en nous étonnant que son expérience soit si éloignée de l’annonce publiée?

Embrassez le robot!

Alors que les discours alarmistes sur la disparition de métiers par l’automatisation semblent vouloir faire mourir le travail humain, c’est vraisemblablement un scénario tout autre qui risque de se produire, permettant de développer un spectre de compétences humaines sans précédent et de créer de nouvelles opportunités insoupçonnées.

L’heure du travail sur soi a sonné

Saint Augustin a dit «le bonheur, c’est continuer à désirer ce que l’on possède». Si vraiment il n’y a plus rien que vous désirez dans votre job, alors c’est entendu. Mais si, en commençant à changer votre perception, vous trouvez suffisamment de raisons de rester, peut-être qu’il est simplement temps de travailler sur vous.

Recherche Dahu désespérément

Les statistiques le montrent : ce n’est pas la corrélation entre l’offre et le profil du candidat qui fait la réussite d’un recrutement. D’ailleurs, combien d’entre nous sont allés scruter sur LinkedIn, après un refus de notre dossier, la tête du candidat recruté en nous étonnant que son expérience soit si éloignée de l’annonce publiée?

Embrassez le robot!

Alors que les discours alarmistes sur la disparition de métiers par l’automatisation semblent vouloir faire mourir le travail humain, c’est vraisemblablement un scénario tout autre qui risque de se produire, permettant de développer un spectre de compétences humaines sans précédent et de créer de nouvelles opportunités insoupçonnées.

L’heure du travail sur soi a sonné

L’heure du travail sur soi a sonné

Saint Augustin a dit «le bonheur, c’est continuer à désirer ce que l’on possède». Si vraiment il n’y a plus rien que vous désirez dans votre job, alors c’est entendu. Mais si, en commençant à changer votre perception, vous trouvez suffisamment de raisons de rester, peut-être qu’il est simplement temps de travailler sur vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code